2.0 out of 5.0 stars

 

Cette semaine, les deux géants du MonsterVerse s’affrontaient enfin sur les écrans français : Godzilla VS Kong est sorti ce 22 avril sur différentes plateformes. Très attendu par les fans de kaiju, ce film est du grand spectacle au scénario baclé…

Ça fait bim bam boum...

Si vous cherchez un film qui vous en met plein la vue pendant deux heures tout en laissant votre cerveau de côté, c’est le film qu’il vous faut. Si vous aviez aimé le scénario de Godzilla 2 : King of the Monsters, vous serez déçu.e.s. Car en effet, c’est ce qu’il faut retenir de ce film.

 

Dès la première demi-heure, le premier affrontement arrive. Le spectateur a à peine le temps de comprendre la situation et les enjeux du film, qu’il en prend plein les yeux. Malheureusement, le film jongle inlassablement avec ce principe : un semblant de scénario suivi de grandes scènes épiques de bataille… on prend le tout et on recommence. 

 

Les monstres aussi menaçants que grandioses s’affrontent à la chaine dans des décors incroyables et le tout s’enchaine à une vitesse folle. L’ensemble est tellement rapide, que 30 ou 40 minutes de film en plus n’auraient pas été du luxe…

Humains inutiles et scénario baclé

Les humains ne sont là encore, que des témoins peu utiles et impuissants face à Kong et Godzilla, essayant de les utiliser ou de les manipuler pour servir leurs propres intérets (rarement avec succès) ! Les humains ont peu d’importance dans le combat lui-même (contrairement à Godzilla 2) et ne servent quasiment à rien. Quelques personnages humains sont censés apporter une touche humoristique, mais sans plus. On retrouve notamment les personnages de Madison Russell (Millie Bobby Brown), Mark Russell (Kyle Chandler) et de Nathan Lind (Alexander Skarsgård, vu dans Kong Skull Island).

 

D’autres détails de ce faible scénario font grincer des dents. Parmi eux, on notera que les humains continuent de tirer avec de vulgaires balles sur les kaiju alors que leur inefficacité est prouvée depuis le début (paradoxalement, la technologie a trop rapidement évoluée alors que seulement trois ans d’histoire se sont écoulées entre deux films). Ils n’apprenent pas de leurs erreurs passées, les méchants ont des objectifs ridicules, et tous les bienfaits des kaiju exposés dans Godzilla 2, sont totalement passés à la trappe… Même Godzilla est dépeint comme un ennemi, alors que cela n’a jamais été le cas dans toute l’histoire du cinéma.

 

Enfin, le réalisateur a clairement dû “level up” la combativité de Godzilla, qui n’aurait jamais pu faire face à l’agilité d’un Kong armé. Toujours dans Godzilla 2 : King of The Monsters, le lézard géant est lourd et ses pas sont lents mais incroyablement puissants. Ici, lors de son affrontement avec Kong, Godzilla se met à courir et fait des prises de judo. Ça en est presque risible…

Un blockbuster sans saveurs

Vous l’aurez compris : si vous voulez regarder un simple film de kaiju qui vous en met pleins les yeux, voir des gros monstres se battre dans des décors magnifiques, c’est le film qu’il vous faut. N’en attendez pas plus, sinon, vous serez grandement déçu.es…

2_etoiles_plumculture
elodie_plumculture

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *