En direct de l’Union Station à Los Angeles, la 93ème cérémonie des Oscars a récompensé les meilleurs films de l’année écoulée, mais sur la dizaine de films primés, près de la moitié n’est pas encore disponible en France  comme le très attendu Nomadland de Chloé Zhao ainsi que The Father de Florian Zeller. Découvrez sans plus attendre le palmarès complet de la grande-messe du 7ème Art !

Meilleur film : NOMADLAND

Un an après le triomphe de Parasite de Bong Joon-oh, Nomadland a été sacré Meilleur film de l’année !

 

Attendu pour le 9 juin prochain en France, Nomadland de Chloé Zhao est un road-movie mêlant drame, western et documentaire qui suit des américains âgés vivant sur les routes après avoir tout perdu durant la crise des subprimes en 2007-2008.

Meilleur réalisateur : Chloé Zhao

L’Oscar du Meilleur réalisateur ou plutôt de la Meilleure réalisatrice revient à Chloé Zhao pour son film indépendant Nomadland, Oscar du Meilleur film. Faisant d’elle la première cinéaste d’origine asiatique à remporter la célèbre statuette, ainsi que la seconde femme à gagner dans cette catégorie après Kathyn Bigelow pour Démineurs en 2010.

 

Après Nomadland, on la retrouvera aux commandes du blockbuster Eternals produit par Marvel Studios.

Meilleur acteur : Anthony Hopkins

Avec cette 93ème cérémonie, Anthony Hopkins qu’on ne présente plus devient à 83 ans le lauréat le plus âgé à recevoir cette récompense pour le film The Father de Florian Zeller qui avoue lui avoir écrit ce rôle car il le considère comme le plus grand acteur du monde. 

 

Anthony Hopkins avait déjà remporté l’Oscar du Meilleur acteur pour son rôle d’Hannibal Lecter dans Le Silence des Agneaux en 1992 aux côtés de Jodie Foster.

Meilleure actrice : Frances McDormand

Grâce à Nomadland, Frances McDormand rejoint le cercle très fermé des actrices ayant remporté 3 fois l’Oscar de la Meilleure actrice aux côtés d’une certaine Meryl Streep.

 

Elle avait remporté la statuette dans la même catégorie pour les films Fargo en 1997 et Three Billboards : Les Panneaux de la Vengeance en 2018.

Meilleur acteur dans un second rôle : Daniel Kaluuya

Révélé au grand public par le film d’horreur psychologique Get Out (Oscar du Meilleur scénario original 2018) de Jordan Peele en 2017 et vu dans le blockbuster Black Panther signé Marvel Studios, l’acteur britannique Daniel Kaluuya a remporté l’Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle pour son interprétation du militant afro-américain Fred Hampton, membre du Black Panther Party dans l’Illinois décédé en 1969 à 21 ans, dans le film Judas and the Black Messiah.

Meilleur actrice dans un second rôle : Yuh-Jung Youn

L’actrice Yuh-Jung Youn devient à 73 ans la première actrice sud-coréenne à remporter la statuette dorée pour le film Minari de Lee Isaac Chung.

 

En montant les marches de la scène de l’Union Station, l’actrice septuagénaire s’arrête et balance « Mister Brad Pitt nice to meet you » tout en continuant son speach qui a fait sensation devant un public hilare.

 

Minari raconte l’histoire d’une famille américaine d’origine sud-coréenne qui s’installe dans l’Arkansas où le père de famille veut devenir fermier. Son petit garçon devra s’habituer à cette nouvelle vie et à la présence d’une grand-mère coréenne qu’il ne connaissait pas.

 

Le film devrait sortir dans nos salles à partir du 9 juin si la situation sanitaire le permettra.

Meilleur scénario original : PROMISING YOUNG WOMAN

L’Oscar du Meilleur scénario original a été décerné à Emerald Fennell pour le film Promising Young Woman qui relate l’histoire d’une jeune femme, hantée par un traumatisme passé, qui s’en prend à des hommes prédateurs qui ont le malheur de croiser sa route.

 

Le film reste toujours inédit en France en attendant la réouverture des salles.

Meilleur scénario adapté : THE FATHER

Florian Zeller reçoit l’Oscar du Meilleur scénario adapté pour The Father avec Anthony Hopkins et Olivia Colman.

 

Le film raconte la trajectoire intérieure d’un homme de 81 ans, Anthony, dont la réalité se brise peu à peu sous nos yeux. Mais c’est aussi l’histoire d’Anne, sa fille, qui tente de l’accompagner dans un labyrinthe de questions sans réponses.

Meilleurs décors / Meilleure photographie : MANK

Mank, le film en noir & blanc de David Fincher (Fight Club, The Social Network, Seven) a décroché deux Oscars : celui des Meilleurs décors et celui de la Meilleure photographie.

 

Dans ce film qui jette un point de vue caustique sur le Hollywood des années 30, le scénariste Herman J. Mankiewicz, alcoolique invétéré au regard acerbe, tente de boucler à temps le script de Citizen Kane d’Orson Welles. 

Meilleurs costumes / Meilleurs maquillages et coiffures : LE BLUES DE MA RAINEY

Sorti sur Netflix fin 2020, Le Blue de Ma Rainey, le film de George C. Wolfe mettant en scène Viola Davis et le regretté Chadwick Boseman, remporte deux Oscars durant cette 93ème cérémonie, celui des Meilleurs costumes et celui des Meilleurs maquillages et coiffures.

 

Le film se déroule à Chicago en 1927 dans un studio d’enregistrement. La « Reine du blues » enregistre un nouvel album studio. Des tensions surviennent entre la chanteuse, son agent et producteur blanc et ses musiciens…

Meilleur montage / Meilleur son : SOUND OF METAL

Le drame musical Sound of Metal de Darius Marder remporte l’Oscar du Meilleur montage ainsi que celui du Meilleur son. 

 

Le film raconte l’histoire de Ruben et Lou, ensemble à la ville comme à la scène, qui sillonnent les Etats-Unis entre deux concerts.
Un soir, Ruben est gêné par des acouphènes, et un médecin lui annonce qu’il sera bientôt sourd. Désemparé, et face à ses vieux démons, Ruben va devoir prendre une décision qui changera sa vie à jamais.

Meilleurs effets visuels : TENET

Tenet, l’un des seuls blockbusters de l’été 2020 réalisé par Christopher Nolan (Trilogie Dark Knight, Inception, Interstellar) décroche l’Oscar des Meilleurs effets visuels.

 

Retrouvez notre critique ICI.

Meilleur film en langue étrangère : DRUNK

L’Oscar du Meilleur film en langue étrangère revient à Thomas Vintengerg pour Drunk qui raconte l’histoire de quatre amis qui décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure ! Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle.

 

Représentant le Danemark, Drunk succède au phénomène Parasite de Bong Joon-ho qui représentait la Corée du Sud.

Meilleure chanson originale : H.E.R. - Fight For You

L’Oscar de la Meilleure chanson originale revient à la chanteuse H.E.R. avec son titre Fight For You de la bande-originale du film Judas and the Black Messiah.

Meilleur film d'animation / Meilleur musique de film : SOUL

Après avoir frappé fort avec Là-haut (2009) et Vice-Versa (2015), Soul de Pete Docter a remporté deux Oscars :  celui du Meilleur film d’animation et celui de la Meilleure musique de film.

 

Produit par les studios Pixar, Soul était initialement prévu de sortir au cinéma en 2020 avec une avant-première mondiale à Cannes avec toute l’équipe du film, mais en raison de la crise sanitaire, Disney a pris la décision de le sortir directement sur sa plateforme Disney+ le jour de Noël.

 

La musique, quant à elle, a été composée par Trent Reznor et Atticuss Ross (le duo derrière la BO de The Social Network) tandis que la partie « jazz » du film a été réalisée par Jon Batiste.

 

Retrouvez notre critique ICI.

Meilleur film documentaire : LA SAGESSE DE LA PIEUVRE

Disponible sur Netflix, l’Oscar du meilleur film documentaire a été attribué à La Sagesse de la Pieuvre.

 

Réalisé par Pippa Ehrlich et James Reed, ce documentaire sud-africain raconte l’histoire d’une amitié inattendue entre un réalisateur et… une pieuvre. Cette dernière vit dans une forêt de Kelp sud-africaine et partage avec lui les mystères de son monde. 

Meilleur court métrage de fiction : TWO DISTANT STRANGERS

Le Meilleur court métrage de fiction a été attribué à Two Distant Strangers de Rice et Martin Desmond Roe.

 

Disponible sur Netflix, le court métrage raconte qu’un matin, après un premier rendez-vous amoureux réussi, Carter James, dessinateur de BD, tente de rentrer chez lui pour y retrouver son chien. Sur le chemin, il est brutalement attaqué par un policier et meurt d’étouffement. Il se réveille à nouveau dans le lit de sa conquête, coincé dans une boucle temporelle

Meilleur court métrage d'animation : QUOI QU'IL ARRIVE, JE VOUS AIME

Récompensé de l’Oscar du Meilleur court métrage d’animation, Quoi qu’il arrive, je vous aime relate l’histoire d’un couple de parents en période de deuil, luttant après la perte de leur fille lors d’une fusillade à l’école.

 

Disponible sur Netflix.

Meilleur court métrage documentaire : Colette

Réalisé par Anthony Giacchino, frère du compositeur oscarisé Michael Giacchino, Colette a été primé pour le Meilleur court métrage documentaire.

 

Colette est une française de 90 ans, qui fut membre de la Résistance sous l’Occupation nazie, entreprend pour la première fois un voyage en Allemagne, 74 ans après la fin de la Seconde guerre mondiale. L’objet de son périple est la visite du camp de concentration de Dora, où son frère fut assassiné par les nazis.

Malgré quelques déceptions dans les catégories phares, cette édition des Oscars 2021 placée sous le signe de la diversité fût une énorme réussite et rentre définitivement dans l’histoire. Rendez-vous l’année prochaine pour la 94ème cérémonie des Oscars !

david_plumculture
Categories
Suivez-nous
Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress
There has been a problem with your Instagram Feed.
Erreur : aucune publication trouvée.
Newsletter
En cochant cette case, vous confirmez avoir lu et accepté nos conditions d'utilisation concernant le stockage des données soumises via ce formulaire.
Articles tendances

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *