Valéria est une saga littéraire espagnole composée de quatre tomes et écrite par Elìsabet Benavent. Le premier volume a été publié en 2013 sous le nom de « Dans les pas de Valéria ». En 2020, Netflix décide d’adapter ces romans en série télévisée, la saison 1 s’inspirant du premier tome. 

L’histoire raconte le quotidien de Valéria, jeune autrice en manque d’inspiration, de son couple qui bat de l’aile et de sa rencontre avec Victor qui va tout bousculer. Ses amies jouent un rôle particulièrement important dans sa vie et tiennent donc une grande place dans le récit. Il y a une sorte de mise en abyme puisque Valéria écrit sa propre histoire et celle de ses amies dans le livre et le lecteur suit l’évolution de sa vie tout en suivant celle de son écriture. Le point de vue du narrateur est omniscient, ce qui permet de tout savoir sur tout le monde. Ces romans sont frais, légers et pétillants. Il y a une grande part d’érotisme qui vient enflammer le récit un peu à la Sex and the City. C’est une lecture parfaite à avoir en ce temps pluvieux pour replonger quelque temps en été. Cependant, elle peut parfois être très clichée et il faut se laisser porter par les romans sans trop réfléchir. Le but de l’œuvre n’est pas d’amener à la réflexion mais plutôt de nous faire passer un bon moment. 

La série est sortie en mai 2020 sur la plateforme Netflix. Elle reste hautement fidèle aux livres : l’univers, l’état d’esprit sont identiques, et le spectateur est confronté aux mêmes protagonistes. Il y a quelques différences plus ou moins importantes, mais certaines pourront s’avérer majeures pour le reste de la série. Comme une saison est égal à un tome, (pour le moment en tout cas), il reste beaucoup d’éléments à découvrir et à explorer vis-à-vis de la saga livresque dans la suite de la série. A l’heure actuelle, quatre tomes sont déjà parus alors que le série vient tout juste de commencer. Il faudra être patient.e pour voir son évolution et constater si Netflix choisit de s’écarter de l’oeuvre initiale ou non. Après la saison deux, il sera alors possible d’arrêter un avis sur cette adaptation. Le twist de la fin de la saison 1, distincte du climax du roman, laisse néanmoins prédire un détachement progressif entre les deux scénarios.

Un des grands atouts de Valéria est son panel de personnages hauts en couleurs où chacun joue un rôle spécial. Avec leur personnalité, ils apportent tous quelque chose et ne sont pas simplement relayés au second plan. Au fil des pages et des épisodes, les événements s’enchaînent et le public se laisse immerger dans leurs aventures. Il se sent intégré à ce groupe d’amies, suivant les aventures de chacune, leurs histoires d’amour et de sexe. Que ce soit dans les livres ou à l’écran, la sexualité est abordée de façon assez brute et authentique. Cela permet de lever des tabous et de mettre en avant un sujet dont on parle encore trop peu : le plaisir des femmes. On assiste donc à des scènes explicites, mais pour un public averti. L’intrigue n’est pas uniquement composée de ça, mais elle reste assez pimentée et osée. 

Les livres sont davantage complets et détaillés, mais la série réussit à retranscrire une grande partie des ouvrages avec une grande justesse. La lecture reste tout de même plus riche et intéressante puisque le lecteur a le début et le fin mot de l’histoire. À l’occasion de la sortie de la série, les premiers volumes de la série ont été édités au format poche. 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *