Lorsqu’Elodie a lu “Pic de Sel”, le premier ouvrage de Marion B., elle a eu un véritable coup de coeur pour son univers délicatement lugubre. Afin de mieux comprendre l’artiste qui cumule les casquettes d’autrice et d’illustratrice, elle est allée lui poser quelques questions.

Comment as-tu conçu cet ouvrage ?

Au début, Pic de Sel n’était que des petits bouts d’histoire qui me passaient par la tête et que je notais sur le premier carnet venu. Un jour, je suis retombé sur certains de ces textes, et en les relisant je me suis rendu compte qu’ils avaient quelque chose en commun, qu’il y avait un fil conducteur qui les reliaient tous les uns aux autres. C’est alors que j’ai eu l’idée de les réunir sous forme de contes mêlant mystères et macabre.
Mon style graphique en noir et blanc s’accordait bien avec cet univers froid, sombre et lointain. Les différents visages et paysages se sont donc rapidement imposés à mon esprit. Très vite, Pic de Sel et ses habitants étaient nés.

Quelles sont tes inspirations au quotidien ?

La musique est une de mes inspirations au quotidien, ainsi qu’une forme de carburant pour moi. Elle me transcende et fait travailler mon imagination. Chaque mélodie est une histoire et je pourrais attribuer à tous les contes de « Pic de Sel », une musique ayant inspirée sont élaboration. « La jeune fille et la mort » en est l’exemple le plus parlant, ce conte porte le nom d’une composition de Schubert.
Passionnée de contes, de légendes et d’ésotérisme, je puise également beaucoup d’inspiration dans ces domaines.

"La fille au vautour"
"Le Héron"
Comment es-tu tombée dans l’ésotérisme et le mystique ?

Je viens d’une famille qui accorde une certaine importance à la spiritualité et aux cultes. J’ai été bercée par les histoires de fantômes et d’autres entités surnaturelles, mais aussi par les discours religieux… En grandissant, je me suis éloigné des préceptes et des affirmations pour cultiver ma propre vision de la spiritualité.

Tu as également dessiné un oracle : comment as-tu appréhendé ce projet ?

L’idée de faire un oracle me trottait depuis un moment dans la tête. J’aime analyser mes rêves et mes dessins, j’aime comprendre pourquoi nous utilisons certains symboles, certaines couleurs, formes… pour exprimer une idée, une émotion, pour représenter une scène, une action. Nous ne faisons jamais rien au hasard, jamais.Je me suis aussi rendue compte, au fil de mes analyses, que nous avions tous une part d’ombre, une part de nous-même laissée pour compte, muselée par principe ou pour rentrer dans le moule. Je voulais créer un outil permettant d’analyser cette face cachée. J’ai donc commencé à dessiner puis à traduire mes créations, ainsi est né « L’oracle des Ombres ». Au départ, il était destiné à être offert à ma soeur, mais vers la fin de sa conception, je me suis dit qu’il pouvait intéresser et être utile à d’autres.

"Miss Rosie"
"Mon Adoré"
Sur ton site, tu accompagnes tes illustrations d’un petit texte. Est-ce important pour toi de donner du contexte à tes illustrations ?

Oui, lorsque je dessine j’aime créer une histoire et une personnalité à mon personnage, ou un contexte à la scène. De plus, le texte et le dessin ensemble offre un dialogue, d’innombrables combinaisons et de strates de compréhension, en plus de plusieurs façons de traiter l’émotion. Les deux pratiques s’enrichissent donc l’une et l’autre.

Quel est ton livre de chevet en ce moment ?

« Les contes macabres – volume 1 » d’Edgar Allan poe, illustrés par Benjamin Lacombe.

"Les deux reines"
“Les deux Reines”

 

“Lorsque vint le moment de payer, la jeune femme pris le temps d’analyser le corps et le visage de la vendeuse.

Elle passa son regard sur la taille marquée et le cou effilé soutenant un visage si lisse, qu’il semblait avoir été taillé dans la pierre.

 

Face à cette femme, Camille avait l’impression qu’elle avait des raisons d’être jalouse, mais il n’en était rien. Elle admirait l’herboriste et quand elle fut dehors, la jeune femme ne put s’empêcher de regarder une dernière fois à travers la vitrine.”

Quel est ton prochain projet ?

*rire nerveux* Je dois avoir cinq ou six projets non aboutis dans mon ordinateur. En ce moment, j’aimerais me concentrer sur l’élaboration de deux livres : un abordant le sujet du rêve et de ses symboliques et l’autre dans la même ambiance que Pic de Sel, mais en une seule histoire, plus conséquente et un poil plus dérangeante.

 

 

“Pic de Sel”

de Marion B.

Disponible aux éditions

Noir d’Absinthe

35€

Retrouvez tout l’univers de Marion B. sur :

 

elodie_plumculture

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *