3.0 out of 5.0 stars

Le lundi 1er février, la série franco-belge Je te promets débarquait sur TF1. Le pari semble risqué face à une version originale américaine qui cartonne. Mais que vaut vraiment cette nouvelle création ?

En 1981, Florence et Paul s’apprêtent à accueillir des triplés au sein de leur foyer. Mais l’accouchement ne se déroule pas comme prévu et l’un des enfants ne survit pas. Ils décident alors d’adopter un nourrisson noir, né le même jour que leurs enfants. Coïncidence ou pas, les trois enfants ont la même date d’anniversaire que leur papa. En 2019, Maud fête ses 38 ans. Elle est seule, mal dans sa peau et tente de perdre du poids par tous les moyens. Elle doit aussi gérer les affaires de Michaël qui, après avoir été viré de son équipe de foot, doit se reconstruire. Au même instant, Mathis, un trader talentueux, heureux en ménage et père de deux enfants, va rencontrer son père biologique, 38 ans jour pour jour après que celui-ci l’a abandonné dans des toilettes publiques.

Bienvenue dans la famille Gallo

Depuis plusieurs semaines, les téléspectateurs font la connaissance des membres attendrissants d’une famille presque ordinaire. Dans Je te promets, la famille Gallo se dévoile, avec ses réussites, ses échecs, ses erreurs et ses maladresses.

Les parents

Alors que Florence (Camille Lou) et Paul (Hugo Becker) deviennent parents, ils découvrent la vie à cinq et ce qu’elle implique au quotidien. Entre les sacrifices, les addictions à combattre, les jalousies entre frères et sœurs à gérer et les difficultés financières à surmonter, les deux parents font face tant bien que mal.

Les enfants

Depuis leur naissance, la relation fraternelle qu’entretiennent Maud (Marilou Berry), Michaël (Guillaume Labbé) et Mathis (Narcisse Mame) est agitée. Pas facile de trouver sa place au sein d’une fratrie de trois enfants aux caractères différents. Pas facile non plus de tracer sa propre voie dans l’ombre de sa mère. Enfin, comment se construire en étant le seul enfant noir dans une famille exclusivement blanche ? 38 ans plus tard, certaines incertitudes sont encore bien présentes.

La famille Gallo

Je te promets : une adaptation fragile de "This Is Us"

La série présentée sur TF1 fait partie des nouvelles créations originales de la chaîne. Pourtant, Je te promets est le remake d’une série américaine : This is us. Diffusée depuis 2016 sur NBC aux États-Unis, la série suit la vie des membres de la famille Pearson. Alors que les événements se déroulent au présent, les spectateurs suivent l’évolution de Rebecca (Mandy Moore), Jack (Milo Ventimiglia), Kevin (Justin Hartley), Kate (Chrissy Metz) et Randall (Sterling K. Brown) à l’aide de flashback. Mêlant humour, tristesse, joie, This is Us montre une vision non édulcorée et juste de personnes ordinaires avec des histoires réalistes.

La famille Pearson de This is us.

Comme dans la série originale, Je te promets offre des scènes touchantes et d’une grande simplicité. Toutefois, le lien a du mal à se tisser, même après plusieurs épisodes. Si le couple Camille Lou/Hugo Becker fonctionne plutôt bien, le résultat est moins évident concernant les autres personnages de la série. L’attachement à Maud, Michaël et Mathis adultes tarde à venir et se fait difficilement. La faute, peut-être, à un rythme trop rapide des événements. A l’image de Mickaël Gallo qui, à peine sa carrière de footballeur terminée, se lance dans le théâtre. Ou bien est-ce à cause des dialogues qui sonnent parfois creux lors de certaines situations.

 

Malgré cela, la version française de This is Us apporte son lot d’émotion et de souvenirs qui ramènent plus de 30 ans en arrière.

Une plongée dans les années 80 et 90

Si la majeure partie des événements se déroule en 2019, il ne faut pas oublier que Florence et Paul ont accueilli leurs enfants en 1981. Une aubaine pour les nostalgiques de cette période. Grâce aux multiples retours en arrière, il est possible de revivre une partie de l’élection de François Mitterrand ou de (re)découvrir les designs et les styles vestimentaires de l’époque. Les détails vont même jusque dans les publicités et les journaux de presse écrite.

La musique fait également partie de cet univers coloré. Le titre de la série franco-belge fait déjà référence à la chanson Je te promets, écrite par Johnny Hallyday en 1986. Véritable hommage au chanteur, la productrice Aline Panel semble aussi vouloir rendre hommage à la variété française. En tendant bien l’oreille, il est effectivement possible de reconnaître A nos actes manqués de Jean-Jacques Goldman, Foule sentimentale d’Alain Souchon ou encore Les cornichons de Nino Ferrer.

La série Je te promets ne remplit peut-être pas toutes ses promesses… mais elle permet au moins de passer un bon moment sans prise de tête. Que l’on s’attache ou non à la famille Gallo et à son entourage, la série offre une belle leçon de vie et d’humanité. Et si elle est suffisamment convaincante, il se pourrait bien que Je te promets revienne pour une deuxième saison.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *