4.0 out of 5.0 stars

 

Un employé de banque (Ryan Reynolds) découvre un jour qu’il est un « personnage non jouable » dans le vaste monde du jeu vidéo à succès Free City. Critique 2.0 !

Quand The Truman Show rencontre Grand Theft Auto

En attendant de retrouver Ryan Reynolds en Deadpool chez les Avengers, direction le vaste monde du jeu vidéo en ligne Free City du film Free Guy réalisé par Shawn Levy (La Nuit au Musée).

 

De quoi ça parle ? Free Guy raconte l’histoire de Guy, un simple employé de banque incarné par Ryan Reynolds, qui vit sa vie au jour le jour : il se réveille avec la banane, salue son poisson-rouge Goldie, mange ses céréales, enfile sa chemise bleue et part travailler à la banque, sans ­oublier son café bien chaud, le tout saupoudré avec la chanson « Fantasy » de Mariah Carey. À la banque, il retrouve Buddy son meilleur ami et agent de sécurité. Les deux amis tapent la discute allongés sur le sol, les mains sur la tête, pendant que la banque se fait braquer. C’est ainsi que vivent ces personnages de Free City (un monde fictif à la GTA) au quotidien jusqu’au jour où Guy croise la route de « la fille de ses rêves » Molotov Girl et qu’il découvre qu’il n’est qu’un simple « PNJ », un « personnage non jouable » de jeu vidéo…

 

A mi-chemin entre GTA et The Truman Show, voila le speach de Free Guy qui avait été repoussé à deux reprises à cause de la pandémie. Mais que vaut cet énième comédie de Ryan Reynolds ? En vaut-elle la chandelle ? 

Le vrai "Ready Player One" ?

Au milieu de toutes ces prouesses visuelles et son style très dynamique, le film s’ouvre sur un plan séquence aérien pour nous plonger immédiatement au coeur du monde ultra-violent et explosif du jeu multi-joueurs en ligne Free City.

 

Même si l’histoire laisse parfois penser qu’il s’agit d’une énième adaptation d’un jeu vidéo, il s’en inspire clairement pour raconter une comédie totalement originale et loufoque, et qui se révèle plutôt efficace avec son lot de surprises et de clins-d’oeil !

 

A l’instar de l’excellent The Truman Show de Peter Weir (Le Cercle des Poètes Disparus) avec Jim Carrey et qui dénonçait avec intelligence les dérives de la télé-réalité, Free Guy le fait avec humour sur les jeux vidéo en ligne tels que GTA ou encore Fortnite en forçant le trait sur la caricature.

 

Même si la comparaison avec Ready Player One de Steven Spielberg est inévitable et qu’il soit ancré dans l’univers de la pop culture, l’un des mots d’ordre du réalisateur était de ne pas refaire la même chose que le maître. Et ce n’est pas plus mal qu’il s’en éloigne quand on découvre le résultat final porté par son casting haut en couleur !

 

Aux côtés de Ryan Reynolds, on retrouve la sublime Jodie Comer (Killing Eve) avec qui ils forment un duo magique auquel on s’attache énormément. Pour le reste de la distribution, le stand upper Lil Rel Howery interprète le rôle du meilleur ami tandis que Joe Keery, l’une des révélations du phénomène Stranger Things, campe ici un développeur du jeu Free City bossant sous les ordres du personnage incarné par l’acteur-réalisateur oscarisé Taika Waititi (Thor: Ragnarok, Jojo Rabbit) qui joue ici le rôle d’un des plus grands magnats du jeu vidéo. Un régal !

Dans l’ensemble, cette production signée Ryan Reynolds remplit parfaitement son contrat dont les studios Disney, via leur label 20th Century Studios, viennent de commander une suite avant le retour très attendu de Deadpool au sein du Marvel Cinematic Universe. Free Guy est LE film dont on a besoin en ce moment, le feel good movie de l’été 2021 !

4_etoiles_plumculture
david_plumculture
Categories
Suivez-nous
Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress
There has been a problem with your Instagram Feed.
Erreur : aucune publication trouvée.
Newsletter
En cochant cette case, vous confirmez avoir lu et accepté nos conditions d'utilisation concernant le stockage des données soumises via ce formulaire.
Articles tendances

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *