Toute la semaine, Vionie et Elodie de Plum’Culture vont vous faire (re)découvrir le portrait de chanteur.se.s français.es qui ont marqué la culture du pays.
Aujourd’hui, c’est Edith Piaf qui est mise à l’honneur.

 

La petite Piaf : une enfant de la rue

Edith Giovanna Gassion a grandi dans la pauvreté du 20e arrondissement parisien. Sa famille évolue et travaille dans le milieu du spectacle. Elle est élevée par sa grand-mère dans des conditions misérables et déplorables. À l’age de 9 ans, alors qu’elle est vaguement retournée vivre auprès de son père, elle prend plaisir à chanter des airs populaires dans la rue.À 15 ans, elle s’émancipe pour donner sa voix auprès d’une amie,  Simone Berteaut, dite Momone. En enchainant les petits boulots, elle tente de s’en sortir par tous les moyens. 

 

Il faudra attendre ses 20 ans pour qu’elle soit finalement repérée par un gérant de cabaret alors qu’elle chante dans la rue. Louis Leplée devient alors son mentor, son père de subsitution. Il l’engage et la renomme « Piaf » en raison de sa petite taille et de sa fine silhouette.

 

L’année suivanre, Leplée meurt et le succès ne tarde pas à venir. Les compositeur.trices Raymond Asso et Marguerite Monnot repèrent sa voix hors norme et resteront amis avec elle jusqu’à la fin de ses jours. La machine est alors lancée : en 1936, après quelques disques et quelques scènes, elle occupe enfin les planches de L’Alhambra, une salle de music-hall connue à Paris.

Le succès d'après-guerre lui apporte le grand amour

Pendant la guerre et sous l’occupation, elle continue sa carrière dans les music-hall où elle croisera notamment la route d’un certain Yves Montant ainsi que d’autres célébrités. Son rôle dans la seconde guerre mondiale reste flou et parfois contesté. Elle aurait permi à une centaine de prisonniers français de s’évader d’un stalag.

 

Après la guerre, son succès est toujours au rendez-vous. Edith Piaf est portée par l’une de ses chansons les plus connues encore aujourd’hui : La Vie en Rose. Elle tourne également sur grand écran aux côtés d’Yves Montant. En 47, elle part en tournée avec un duo : Pierre Roche et Charles Aznavour. La même année, alors qu’elle embrasse un succès aux Etats-Unis, elle rencontre le grand amour de sa vie : le boxer français Marcel Cerdan. La chanson L’hymne à l’amour voit le jour.

 

Malheureusement, Marcel décède en 49 dans un accident d’avion. Piaf a le coeur brisé. Entre un deuil violent, une inflammation articulaire qui la ronge, elle se réfugie à outrance dans la morphine et l’alcool. son état la contraint à refuser des rôles au cinéma.

Piaf sauve l'Olympia de la faillite

Alors qu’elle papillonne et enchaine les relations amoureuses, Charles Aznavour devient son homme à tout faire et son ami le plus proche. Elle l’encourage à lancer sa carrière. En 1953, alors totalement dépendante à la morphine, elle entre en cure de désintoxication. En 55, alors qu’elle est sevrée, elle replonge dans l’alcool. Parallèlement, les Américains sont toujours friands du petit moineau. Son succès ne cesse de grandir des deux côtés de l’Atlantique. 

 

En 59, elle s’éffrondre sur scène alors que sa chanson Milord est un triomphe. Elle subit de nombreuses interventions chirurgicales. En 61, l’Olympia est menacé de mettre la clé sous la porte, alors elle remonte sur scène et livre une série de concerts mémorables, qui sont encore considérés aujourd’hui comme les plus marquants de sa carrière. Le titre Non, je ne regrette rien est alors son nouveau tube. À ses côtés, de nombreux artistes l’accompagnent. On comptera parmi eux : Alain Delon et Romy Schneider, Jean-Paul Belmondo, Arletty, Dalida, Georges Brassens etc. et même des Américains tels que Louis Armstrong

Un succès crescendo et une santé sur le déclin

En 1962, alors âgée de 46 ans, elle épouse Théo Sarapo, un coiffeur de 26 ans. Il restera à ses côtés jusqu’à la fin de sa vie. Il devient son manager, son secrétaire et elle l’encouragera également à se lancer dans la chanson. Ensemble, ils chantent À quoi ça sert l’amour.

 

Malgré son état de santé catastrophique, elle continue de monter sur scène. Elle ne tient debout que grâce à un cocktail de médicaments et de morphine. Son succès lui, est décroissant à sa santé : il ne décroit jamais. Les standing-ovations dépassent parfois plus de 20 minutes !

Edith Piaf : décès et héritage culturel

Edith Piaf meurt le  à l’âge de 47 ans. L’Eglise Catholique lui refuse des obsèques religieuses. Tandis que le convoi funèbre est salué par un demi-million de personnes, plus de 40.000 personnes, anonymes et célébrités, lui rendent un dernier hommage au cimetière du Père-Lachaise.

 

Elle laisse derrière elle un patrimoine musical légendaire. Même si elle n’a pas toujours signé ses plus grands succès, elle était également parolière. Au total, elle a écrit 87 chansons dont la toute première  Y en a un de trop (en 1940) et la toute dernière Le Chant d’amour (en 1963). Au cours de sa carrière, elle a enregistré 32 albums en studio.

 

Les hommages au petit moineau parisien sont incalculables. En 2007, un film biographie baptisé La Môme. Il est réalisé par Olivier Dahan et Marion Cotillard incarne Edith Piaf. Le film est salué de toutes parts. Marion Cotillard a remporté pour son rôle l’Oscar de la meilleure actrice, le film est également lauréat de l’Oscar du meilleur maquillage et il est couronné de 4 BAFTA, 5 César, 3 Lions tchèques et un Golden Globe.

elodie_plumculture
Categories
Suivez-nous
Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress
Erreur : aucune publication trouvée.
Newsletter
En cochant cette case, vous confirmez avoir lu et accepté nos conditions d'utilisation concernant le stockage des données soumises via ce formulaire.
Articles tendances

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *