Ce mercredi 14 octobre a été annoncé un couvre-feu entre 21h et 6h dans plusieurs grandes villes, dont Paris. Cette contrainte d’horaires pose la question du maintien ou non de la programmation des théâtres.

Adapter la programmation

Face au couvre-feu qui prendra effet samedi 17 octobre, la course à la réorganisation a commencé dans les salles de spectacle. Lorsque certains peuvent avancer l’horaire de la pièce, comme c’est le cas aux Bouffes du Nord (Paris10), d’autres se retrouvent face à la contrainte de la durée du spectacle. Le théâtre de La Porte Saint-Martin ne peut faire autrement que privilégier les horaires le week-end pour Avant la retraite (texte de Thomas Bernhard) dont la durée est de deux heures. Il y a donc deux enjeux en ce moment : garder le public et trouver des formats plus courts.

Un sentiment d’injustice

Les professionnels du spectacles expriment un sentiment profond d’injustice et de désespoir. Entre le confinement, et la restriction de jauge, le secteur du spectacle souffre d’une baisse drastique de revenus. « Il n’y a pas un seul cluster dans les théâtres, on s’est démené pour respecter des protocoles sanitaires, on n’est pas récompensé (…). Gouverner c’est prévoir ! Là, on court à la catastrophe. » Bertrand Thamin, président du Syndicat National des Théâtres Privés

 

Si seulement le couvre-feu débutait à 22h, tout serait différent, et la programmation serait peu touchée. Il en va de même pour les spectateurs qui pouvaient venir après leur journée de travail en semaine, et qui se retrouvent dans l’impossibilité de venir à un spectacle qui commence à 18h. On se demande alors si le public ne sera pas simplement découragé de venir, même avec les aménagements.

On voulait aller au théâtre, mais comme je finis de travailler à 19h30, ce n’est plus possible. Et nos week-ends sont réservés à la famille.” confie Nicolas, Kinésithérapeute.

La possibilité d’un assouplissement sur mesure refusée

La maire de Paris, madame Hidalgo et la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot plaident en la faveur d’un assouplissement pour les spectacles. Dans une interview du Parisien, madame la ministre dit être en contact avec les différents acteurs de la culture et entend un appel fort venant de leur part pour un assouplissement. Il serait possible de suggérer que 21h pourrait être l’heure de départ de la salle, et que le billet servirait de justificatif. Cette proposition vient d’être catégoriquement refusée par Jean Castex : “Les règles doivent être les mêmes pour tous” dit-il lors d’un point presse à Lille ce vendredi 16 octobre.

Allons-nous renouer avec le théâtre en ligne ?

 

 

 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *